DE NOW AUX INSPECTEURS DES RIFFS !

 

Si Marc Moulin, au-delà de son travail de musicien, a joué un rôle tellement important dans l’éducation des fous de musique des années ‘60/’70, c’est aussi et surtout grâce à la révolution qu’il introduisit dans les programmes de la RTBF, et ce bien avant la création de Radio Cité. Des émissions comme Cap de Nuit ou Now, non seulement on n’avait jamais entendu ça mais on n’allait plus l’entendre avant longtemps. Si l’expression « décrasser les oreilles » a jamais été d’actualité, c’est bien dans le cadre de ces émissions qui mêlaient sans complexe jazz, rock, blues, y compris à des heures de grande écoute : à une certaine époque, incroyable mais vrai, Now passait sur antenne le… samedi après-midi ! Imaginez ça aujourd’hui, à l’heure du règne absolu de l’audimat, y compris sur le service public. Après quelques années d’ailleurs, ces belles et riches heures musicales ont disparu de l’antenne et chaque musique est rentrée dans sa petite case, si possible, en ce qui concerne le jazz, au milieu de la nuit !

D’une certaine manière, même si l’impact en termes d’audience n’est évidemment en rien comparable, l’aventure des Inspecteurs des Riffs à laquelle la Maison du Jazz participe depuis février 2010 s’inscrit dans une logique apparentée. C’est au cours d’une réunion liée à la naissance de la Maison du Rock que la proposition d’une émission de radio commune aux deux institutions (M du Jazz, M du Rock) est émise pour la première fois (malgré quelques essais antérieurs en one-shot). Accueillie par Christian Depouhon sur les antennes de 48Fm (105.0 Mhz), l’émission est, dans un premier temps, animée par Bernard Mazet (pour le rock), Sam Pierot (pour le blues) et Jean-Pol Schroeder (pour le jazz), bientôt rejoints par Charline Caron (pour les musiques de films). Après quelques essais informels, l’idée d’émissions thématiques s’impose et dès lors, tout devient possible : sur les sujets les plus variés et les plus dingues, les inspecteurs, drillés par la commissaire Stella Di Matteo (Maison du Rock) multiplient les audaces et les dérives vers d’autres musiques encore (chanson, électro, hip hop, musique classique, variété). L’équipe accueille régulièrement des invités et il arrivera que certains de ces invités deviennent des inspecteurs à temps plein : ce sera le cas de Stephane Dupont et de Catherine Michel. Entretemps, Olivier Sauveur a rejoint l’équipe de la Maison du Jazz et il endosse donc tout naturellement lui aussi l’uniforme d’inspecteur des riffs.

Jusqu’il y a peu, l’émission était enregistrée dans les studios de 48Fm, Place du XX août (6 volées d’escaliers, essoufflement garanti !). Depuis peu, un tout nouveau commissariat accueille les joyeux inspecteurs, et quel commissariat ! C’est un bâtiment pour le moins emblématique de la ville de Liège qui sera désormais le nouveau terrain de jeux de ces grands gamins à la culture musicale surdéveloppée. C’est en effet dans l’ensemble multifonctionnel installé dans l’ancienne Grand Poste (construite en 1896 Place Cockerill), qu’un studio flambant neuf est mis à leur disposition. La nouvelle « poste », c’est aujourd’hui 8000 m2 d’espaces multifonctionnel, 200 places de co-workin’, un food market, une terrasse panoramique plongeant sur la ville, ainsi qu’une brasserie proposant 40 sortes de bières - les mauvaises langues vous diront que c’est une des raisons pour lesquelles les IDR sont à ce point ravis de ce nouveau point de chute !