Il y a quelques mois, dans le cadre de cet édito, et dans le cadre de notre vie quotidienne un tantinet nerveuse, nous tirions la sonnette d’alarme, évoquant les problèmes liés à cet argent qui ne fait pas le bonheur mais qui etc. Nous connaissions alors l’angoisse du téléphone qui ne sonne pas, du facteur qui se trompe de rue, du banquier dont le doigt glisse sur la touche d’à côté, du navigateur déboulonné par un hacker, de la petite chiure de mouche qui, dans le Brazil de Terry Gillian, transforme aussi sec un Tuttle en un Buttle (ou l’inverse, je ne sais plus). Bref, comme un futur papa-pelote-de-nerfs qui compte les pavés de la salle d’attente de la mat’, comme un étudiant qui se demande si le fait d’avoir brossé un cours sur deux aura ou non un impact sur les résultats affichés aux valves, on attendait ! On attendait des nouvelles. On attendait des nouvelles du cabinet. La ministre allait-elle suivre l’avis de la Commission des musiques non classiques ? Allait-elle nous accorder la prolongation de notre contrat-programme pour les cinq années à venir, mais également l’augmentation qui nous permettrait de développer l’indispensable chantier « numérisation » ?

Et puis, soudain, comme un billet de 50 euros dans la main grise du clodo, le franc est tombé (enfin l’euro) (enfin, les euros). Bingo ! Si nous avons un petit pincement au cœur pour ceux de nos collègues opérateurs culturels qui ont vu leurs subsides revus à la baisse voire carrément sucrés, nous ne pouvons évidemment que nous réjouir (et pas qu’un peu) que notre dossier ait été reçu et bien reçu. Une marque de reconnaissance de la Fédération Wallonie Bruxelles et du secteur culturel en général quant au travail entrepris il y a presque 25 ans maintenant. On a beau dire, mais voir atterrir sur votre bureau une lettre  du Ministère disant, en gros « Ca va, les gars vous allez l’avoir votre pognon », ça fait chaud au cœur. Comme ça fait chaud au cœur de lire les termes dans lesquels a été rédigé l’avis de la Commission. Reste à transformer ces courriers en liquidités et à évaluer le coup réel du poste numérisation. Sans doute devrons-nous également, dans un avenir proche, négocier avec de la Région Wallonne l’octroi de quelques petits points APE supplémentaires. Et concrétiser avec la Ville de Liège la reconduction de la mise à disposition des locaux de la rue Sur les Foulons (avec, qui sait, un ou deux petits étages supplémentaires – ce ne serait pas du luxe). Mais bon sang, à quelques immondes vermines près, on se croirait presque dans un monde de Bisounours croisés avec Boumba et le Schtroumpf planant dans un bain de salsepareille et de chocolat au gingembre !

 

Euh, bon restons les pieds sur terre. Un passé pas si lointain nous a appris à modérer nos transports – les Palais (fussent-ils de Congrès) ne sont pas habités que de Princesses et de Princes Charmants, on y croise aussi à certains carrefours de sombres Gargamels aux poches gonflées d’écus ! Et tant qu’à parler d’écus, et histoire de finir sur une note positive, merci mille fois à ceux d’entre vous qui ont, suite à notre demande, décidé de transformer leur carte de membre Adhérent en une carte de membre Passionné : les petits ruisseaux, le battement d’aile des papillons etc.  JPS