DECLIC N° 1

Je vous l’avais annoncé dans le dernier Hot House, les Editos ont vécu, place aux Déclics ! L’idée est de partir chaque mois d’un objet, d’une date, d’une anecdote, d’une photo et de les prendre pour points de départ d’une réflexion, d’un coup de cœur, d’un coup de rage, d’une madeleine de Proust fourrée de notes bleues, bref d’une sorte…d’édito ! Tout ça pour ça ! L’avantage étant que le lien à un fait d’actualité n’est plus une nécessité. Alors allons-y, déclic numéro un, c’est parti ! Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’on ne sera pas dans l’actualité, sinon celle des bouquineries ou celle des recoins d’Internet où vous pourriez peut-être, avec un peu de chance, retrouver l’objet dont il va être question.

Remarque préalable : si vous vous souvenez des Marabout Flash, c’est que, désolé pour vous, vous avez un âge aussi avancé que le mien. Les Marabout Flash, c’était ces petits livres de format carré, qui faisaient à peu près 150 pages, et qui étaient un peu comme une version belge des Que sais-je (sauf que les Que sais-je étaient rectangulaires et largement plus scientifiques, ne mélangeons pas tout). Au catalogue, on trouvait à peu près tous les sujets imaginables : de Je suis secrétaire à Comment placer son argent, en passant par J’élève mon chat, Les avions de la guerre 14/18, La beauté du buste, Maigrir sans larmes, l’ABC du bricolage (un volume que quelques personnes auraient aimé me voir acheter - mais bizarrement, je ne l’ai jamais trouvé), les Métaux et les cornières perforées ( !!!!), La cuisine de santé, Je décore ma maison, J’apprends à mon Chihuaha à compter jusqu’à 11, Bientôt maman, les Mots Croisés, Je tricote, le Karaté (celui là je dois toujours l’avoir quelque part : je pense que j’ai du apprendre les deux premières pages, les cris en tout cas – Kiai, Chi-yi etc et je vous dispense d’imaginer la scène).Au total, plus de 500 titres parus entre 1959 et 1984, et édités à Verviers où étaient basées les éditions Marabout (je vous parlerai peut-être un jour des Marabout Junior mais c’est une toute autre histoire).

Si je vous parle des Marabout Flash, c’est parce qu’au catalogue de cette drôle de petite collection, il y avait un volume sur… le jazz ! Eh oui, mon tout premier livre de jazz, le voilà ! Sorti en 1959, et intitulé Jazz – Du New Orleans au Modern Jazz, ce volume n’avait pas été confié à n’importe qui, ceci dit : les auteurs en étaient Bernard Heuvelmans et Carlos de Radzitsky. Quand même ! J’ai acheté mon exemplaire au Nopri de Flémalle aux alentours de 1967-68 pour préparer (déjà) une petite élocution sur le jazz ! On ne se refait pas ! Ca allait quand même de Buddy Bolden à Ornette Coleman, il y avait un petit dictionnaire, un index, une discographie sommaire, bref tout ce qu’il faut pour préparer une élocution. Sans oublier la légendaire intro de Mr Flash. Par contre, il n’y avait pas de son. Pour les illustrations sonores, j’avais donc utilisé, si je me souviens bien, une compil dégotée chez un disquaire de Jemeppe, un double disque Vogue qui s’appelait Une histoire des géants du jazz (là ça s’arrêtait à Clifford Brown, faut pas exagérer !). Je ne sais plus trop ce que j’ai vraiment retenu de ce petit livre de 11 cms sur 11, mais je suis sûr qu’il a, d’une manière ou d’une autre, joué un rôle important dans ma découverte du jazz. Un vrai… Flash ! Le premier d’une longue série. Allez savoir quelle aurait été ma réaction si on m’avait dit que cette musique bizarre que sifflotait mon père allait se retrouver au cœur de ma vie ! Bref. Nous avons aujourd’hui quatre volumes différents de ce Marabout Flash Jazz à la Maison du Jazz ; si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à jeter un œil ! De mon côté, je vais me mettre à la recherche du volume sur le Karaté. Il y a deux ou trois personnes dans le monde d’aujourd’hui (voire plus près) sur lesquelles ça ne me déplairait pas d’expérimenter une petite prise !  A bientôt pour le déclic numéro deux. JPS